Norman Catherine

Œuvres

Profil

Natural Born Agitateur. Homme ou animal, noir ou blanc, désespoir ou éclat de rire, l’œuvre de Norman Catherine s’inscrit dans une bipolarité tumultueuse et créatrice, celle d’un sculpteur blanc à l’humour noir vivant en Afrique du Sud. Composés sur des surfaces planes, pastel gras, huile, ou en relief, sur bois, fibre de verre, les personnages de Norman Catherine subissent de drôles de métamorphoses. A la fois primitifs et futuristes, ces bêtes en costume-cravate, à la gueule muselée ou bicéphales, semblent en permanence menacer l’ordre établi. Indissociables du contexte politique et social dans lequel vit et travaille l’artiste, les œuvres apparaissent toutefois bien plus qu’un simple plaidoyer humaniste contre le racisme et l’intolérance.

Ces formes cauchemardesques, sortes de raccourcis fantomatiques, frappent d’autant plus l’imagination que leurs couleurs, la matière dont ils sortent, tel un diable de sa boîte, accrochent immédiatement le regard. Patine brillante ou mate, bois lissé, pastels crayonnés, résine travaillée, attaquée puis, au final, peinte dans des noirs profonds, des argents ou des rouges puissant, les sculptures et les dessins de Norman Catherine interrogent d’abord la surface. De quoi s’agit-il ? Cette peau métal recousue ici et là dont les cicatrices attestent des combats menés, est-ce la cuirasse d’une armure vivante, les écailles d’un reptile préhistorique, est-ce le fer tanné de ces casseroles que l’on se traîne tous avec plus ou moins de légèreté ?

Dépassant souvent l’échelle, la taille des œuvres également, accentue l’effet de sidération. Qu’il s’exprime en sculptures ou en peintures, le métissage de matières et de formes de l’artiste ne cesse de questionner les apparences, les habitudes de l’œil et de la tête. Comme ces bouches ou ces gueules grandes-ouvertes, prêtes à engloutir celui qui les regarde, l’art de Norman Catherine est à la fois provocant et affûté comme la lame d’un couteau. Grâce à une extraordinaire capacité d’absorption, des mouvements de l’art comme ceux de l’esprit, l’artiste tranche dans le vif, sculpte avec force. Le spectateur demeure fasciné par l’aspect viscéral de son travail, un monde qu’il sort de ses tripes comme on recrache un fruit amer.

Les formes fétichistes de cette ménagerie tendre et agressive naissent dans son atelier gigantesque près de Johannesburg, mais elles habitent en fait le monde entier. L’artiste utilise les mythes, les masques, les allégories, les légendes qui courent de l’Afrique du Sud jusqu’en Orient. Toutes ces histoires archaïques de dévoration, d’engloutissement, de l’homme comme de la culture. La fin du monde en somme, orchestrée, menée inéluctablement à son terme par des êtres hybrides à la sauvagerie plus ou moins bien domestiquée.

Marie-Pierre Guiard

Biographie

Événements

Actualités

Presse

Vidéos

New artworks

Il n'y a pas encore d'œuvres ici