Troy Henriksen - New Man, New Identity

Troy Henriksen dévoile son chemin vers la peinture, depuis son enfance… Vie de jeune pêcheur au long cours, quête d’identité, rencontres avec l’art… Nouvelle vie. Un récit autobio/graphique - vivant, fort et fondateur - rythmé de photos, de croquis et d’œuvres de l’artiste.

Mon nom est Troy Henrik Henriksen. Je suis né sous une bonne étoile, le 30 septembre 1962, tôt le matin à l’hôpital St Luke de New Bedford, dans le Massachusetts. Sept ans auparavant, le même jour à la même heure, James Dean mourait tragiquement dans un accident de voiture. […] New Bedford est un ancien port de pêche à la baleine rendu célèbre par le livre d’Herman Melville, Moby Dick […]

[…] Quand j’étais petit, la vie était magique, mystique, poétique, philosophique ; toujours pleine de couleurs, et parfois…terrifiante... Un jour, j’ai pris un tournevis, je l’ai attaché à une corde et j’ai essayé de le lancer sur un petit nuage blanc qui passait dans le ciel. L’idée, c’était de grimper à la corde, de voyager sur le nuage jusqu’au Texas […] 

[…] Aux environs de 26 ans, je suis parti à Kodiak, en Alaska, pour pêcher un hiver. Moi et six autres gars, on est tous partis. Pêcher au bord des glaciers le soir quand il fait froid, que la mer est d’huile, que l’air est bleu et brumeux et que la lune est pleine, c’est comme être dans un rêve. Mais le temps peut changer d’une minute à l’autre - de grosses bourrasques de vent venues de nulle part, des creux de six mètres et des nuages gris-noirs […] 

[…] Je savais à présent qu’une nouvelle route s’ouvrait à moi et j’avais hâte de m’y engager. J’ai tout de suite éprouvé un sentiment supérieur de vérité et de liberté. J’ai pris un tournevis et j’ai ouvert le pot de peinture magique et collante. Avec mes doigts, j’ai peint tout l’appartement, couvrant les murs de figures égyptiennes, de mots, de symboles, de chiffres et de visages décrivant mon retour à la vie. A ce moment-là, j’ai réalisé qu’il fallait que je reste à terre pour peindre – un homme libre […] 

[…] J’ai pris une chambre à l’hôtel Saint James dans le Quartier latin. J’ai attrapé mon carnet de croquis et je me suis précipité dehors boire un café pour me réveiller et résister au décalage horaire. Je suis immédiatement tombé amoureux de Paris. Qui pourrait résister ? […] Squares tranquilles au passé oublié, statues, enfants et amoureux. J’ai vite découvert les parcs que j’aimais, qui m’invitaient à découvrir leur mystère et me protégeaient du chaos qui menace lorsque l’on voyage […]

[…] Au bout d’un an passé à Paris, je n’avais toujours pas de galerie. J’étais allé en voir plusieurs qui avaient apprécié mon travail, mais j’avais besoin d’en trouver une avec laquelle grandir. Je connaissais de nom la galerie W et son directeur, Eric Landau. […] Sa petite galerie rue Burq à Montmartre avait une aura de vérité, quelque chose qu’on ne peut pas rater quand on le croise. […] Il est venu voir mes toiles et elles lui ont plu. Eric et sa compagne Isabelle défendent mon travail depuis neuf ans et ils ont aujourd’hui une des plus grosses galeries de Paris […]

Aperçu

INFOS

Image

ISBN : 978-2917829011
Format : 23,5 x 28,5 cm
Couverture : Cartonnée
Pages : 127
Parution : 2008
Editeur : Critères Editions

J'aime, je partage

Partagez cette page et invitez vos amis à venir nous visiter !