Philippe Vermès a posé sa chambre 4x5 inch dans un studio improvisé le long d'une route, non loin d'une station service, durant plusieurs rassemblements de bikers, fin des années 1980, à Loudon, New Hampshire et à Sturgis, South Dakota. Situé près du Mount Rushmore où sont gravées dans la roche les têtes de quatre présidents américains, Sturgis est un village à côté des « Badlands ». Le résultat est loin du mythe traditionnel véhiculé par les légendes de la Conquête de l'Ouets (la frontière, les errances, les Indiens).

Philippe Vermès a voulu en savoir davantage, approcher le mythe « de l’intérieur » en quelque sorte. Attirés par l’appareil et la magie du Polaroïd négatif/positif, les bikers sont venus poser avec leur moto, leur compagne, leur famille, leur animal. Le résultat est en effet bien loin des images sulfureuses qui font partie de leur légende. Au contraire, ces portraits, âges, sexes et professions mêlés, réunissent des êtres humains sensibles, naturels, malicieux. 

Le portraitiste itinérant des petites villes d’autrefois, Philippe Vermès leur accorde le droit d’être vus sans jugement de valeur, car il les accepte tels qu’ils sont. Il en sort des portraits remplis d’informations, fourmillant des détails riches d’observation qui surgissent de deux traditions, celle de la photographie et celle de la peinture. Peintre de formation classique devenu photographe, Philippe Vermès est le dépositaire logique de ces deux démarches voisines.

Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, le photographe et portraitiste Philippe Vermès retranscrit avec l’œil d’un peintre amoureux du noir & blanc le travail de portrait. Il utilise du film polaroïd 55 positif/négatif. Ce film donne sur place, juste quelques minutes après la pose, aussi bien une image qu'un négatif. Ce détail a une importance particulière pour des portraits de connivence dans lesquels le sujet contribue activement et consciemment à l'image finale, car il permet au photographe, ainsi qu'au sujet, d'avoir immédiatement le résultat d'une prise de vue.


EXPOSITIONS 

Visages d'une construction, Galerie Jean-Pierre Lavignes, Paris, France, 2000

Mais pour vivre il faut, Musée Nicéphore Nièpce, Chalon/Saône, 1997

A la recherche du père, Galerie L'espace photo, Paris, France, 1993

FOTO 68, Hollande, Pays-Bas, 1993

Mois de la Photo, Collection Paris-Audiovisuel, Mairie du 16e, Paris, France, 1990

Portraits, Foto Galerie, RFA, Hambourg, Allemagne, 1989

Portraits d'artistes, Galerie Downtown, Paris, France, 1988

American Bikers, Galerie Alpha du Lion, Paris, France, 1988

Portraits-Autoportraits, Montpellier, France, 1987

Portraits de sculpteurs, Galerie Daniel Sarver, Paris, France, 1986

Centre culturel, Chelles, Seine-et-Marne, 1986

La Closerie des Lilas, Paris, France, 1986

La Chambre, C.N.P, Palais de Tokyo, Paris, France, 1985

Manhattan, Galerie Village Voice, Paris, France, 1984

L'album de famille, Galerie Claude Aubry, Paris, France, 1983

La Maison Française, New York University, New York, Etats-Unis, 1981



PUBLICATIONS ET COLLABORATIONS

L'un par l'autre, ouvrage collectif, Collection Photo Poche, Editions Actes Sud, 2013

Visages d’une construction, La Maison Européenne de la Photographie, Paris, France, 1999

La Chambre, Clémence de Biéville, Editions Joca Seria, Lausanne, France, 1994

A la recherche du père, Viviane Esders, Editions Paris Audiovisuel, France, 1993

A Pictorial Essay On Harley Davidson Owners, Harley Davidson Inc. & Iris Publications, Florida, 1991

Straightening Out The Corners : Portraits of American Bikers, Iris Publications, Florida, 1990

Portraits Polaroïd, La Closerie des Lilas, Paris, France, 1986


PRIX

Maître de stage de portraits aux Rencontres Internationales de la Photographie, Arles, France, 1993 

Kodak Gold Portrait Award, France, 1992

Photographe en résidence à la Fondation Noesis, Espagne, 1986